Les Maturins ou l’univers de la tapisserie chic et intemporel

Rencontre inspirante

Les Maturins ou l’univers de la tapisserie chic et intemporel

Les Maturins né de la formidable collaboration entre deux amies, Céline et Hortense qui souhaitaient associer leurs passions communes pour le dessin et la décoration en réinterprétant l’univers de la tapisserie.

À travers leurs créations originales, elles nous font voyager en rendant hommage à ce qui les inspirent et pensent chacune de leur tapisserie comme un décor pour habiller votre mur.

Les Maturins, se sont des collections uniques en éditions limitées qui privilégient l’expérience et le savoir faire « made in France » pour correspondre à votre intérieur et vous permettre de raconter votre propre histoire à travers les leurs.

Nous avons eu le plaisir d’échanger avec elles sur leurs parcours, leurs inspirations et comment elles imaginent l’avenir des Maturins.

Tapisserie "Le Lion"

1. Racontez-nous vos parcours respectifs et comment votre marque "Les Maturins" est née.

Céline : Nous nous sommes rencontrées il y a une dizaine d'années, et nous sommes immédiatement devenues amies. A l'époque nous étions toutes deux absorbées par nos métiers.

Hortense : J'étais taxidermiste (je pratique toujours) et avant cela j'étais journaliste.

Céline : Quant à moi, j'étais directrice d'un hôtel à Paris, avec un emploi du temps bien chargé ! Il y a trois ans, nous avons décidé avec mon compagnon de vendre notre établissement. Personnellement j'avais fait le tour de ce métier et j'étais épuisée. Après quelques mois de repos, je me suis demandée ce que j'allais bien pouvoir faire !!!

Hortense : En ce qui me concerne, j'avais envie de m'ouvrir, j'adorais mon travail, mais j'avais envie d'une collaboration, de partager...

Céline : Plus jeune j'ai étudié la peinture, j'ai toujours été très attirée par le dessin, la décoration, J'étais totalement fan du travail d’Hortense. Je me suis même essayée à la taxidermie dans son atelier, et je n’ai définitivement pas son talent. On se ressemble beaucoup, on est très complémentaires.

Hortense : Il y un an et demi, Céline bricolait dans son salon, elle voulait habiller un mur, au sens littéral du terme! On a commencé à réfléchir ensemble sur une tenture, une grande tapisserie en tissu et puis très vite on a imaginé « Les dromadaires » et tout s’est enchaîné. On a cherché un atelier pour la fabriquer, et c’est comme ça qu’est née notre notre 1ère tenture et tout de suite après "Les Maturins". Cela s’est fait très naturellement. Une chose est sûre, Céline est la seule personne avec qui je m’imaginais monter une boite.

Céline : On a une chance inouïe toutes les deux... mettez 30 illustrations devant nous, on choisira la même. Ça évite pas mal de discussions ! On peut débattre des teintes, du choix d'un bois... mais très vite on tombe d'accord. On a vraiment une même sensibilité. Et très important, on se marre beaucoup !

Hortense : On a souhaité éditer des pièces en éditions limitées (pas plus de 60 exemplaires par pièce) pour éviter la “standardisation” de nos tapisseries. Ce ne sont pas des pièces uniques mais presque ! Et on n’est diffusée que dans une boutique par ville (à l'exception de Paris). Tout simplement parce qu'on a pas assez de pièces pour être présentes dans trop de points de vente.

Céline : Mais c’est aussi pour créer un lien avec des lieux qu'on a choisi parce qu'on aime leur sélection et qu’ils nous ont donné notre chance. On a fait de très belles rencontres avec des décorateurs et des boutiques dont on adorait l'univers, qui ont cru en nous. Mais on ne s’est pas ménagées ! On déboulait parfois dans les boutiques avec nos tapisseries sous le bras !

Hortense et Céline, créatrices des Maturins

2. Comment caractériseriez-vous votre marque ? / Quelle est son identité ?

Hortense : C'est un peu la question piège quand on nous demande de caractériser notre marque. Quand on a créé "Les Maturins", on n'avait aucun plan marketing en tête mais on avait des idées et de la discipline.

Céline : Nous souhaitions toutes deux travailler en circuit court et faire travailler des artisans français. Toutes les étapes, de la création à la fabrication, sont réalisées en France. Mais attention, ça ne signifie pas que produire ailleurs est moins bien. Rien n'était vraiment calculé mais aujourd'hui pour rien au monde on ne reviendrait en arrière dans nos choix de production !

Hortense : Comme pour toute jeune marque qui se crée il y a eu des moments difficiles, de nombreux refus, des centaines de mails envoyés sans réponse... A chaque mail on avait l'impression de jouer notre vie et c’est encore le cas !

Céline : Et c'est aussi l'une de nos fiertés. Je crois qu'on a fait les choses dans l'ordre, sans se précipiter même si on trouvait souvent que ça n'allait pas assez vite ! Ce qui est sûr c'est que je n'aurais jamais créé "Les Maturins" seule. A deux il y a une énergie et une émulation incroyable.

Hortense : Pour ce qui est de l'identité de notre marque c'est peut être prématuré d'en parler. On ne se pose pas trop de questions, on n’essaye pas de suivre une tendance.

Tapisserie "Les Dromadaires"

3. Où puisez-vous vos inspirations pour vos collections ? Quelles sont les histoires que vous souhaitez raconter à travers vos créations ?

Céline : Quand on créé une nouvelle tapisserie on ne cherche pas à tout prix à raconter une histoire, on ne veut pas intellectualiser notre travail, ça n'a pas de sens. Chacun se raconte l'histoire qu'il veut. C’est comme un tableau, tout le monde y trouve son interprétation. On nous demande toujours de tout justifier aujourd'hui, de tout expliquer. On fait simplement ce qu'on aime et ce qu'on aimerait voir accroché sur nos murs. Ce qui est le cas d'ailleurs, elles sont partout chez nous !

Hortense : Certaines de nos tapisseries sont plus sombres et brutales que d'autres mais c’est simplement parce qu'on aime ce genre d'ambiance. Et on aimerait parfois aller vers des choses encore plus sombres si on sent que les gens adhèrent. Mettez nous toutes les deux un jour de pluie bien dégueulasse et vous aurez une inspiration très différente d'un jour de grand beau temps !

Céline : Toutes les deux on adore les mélanges de style, on n’est pas du tout dans une veine minimaliste, nos références sont plus proches du boudoir anglais. On est globalement attirées par des décors chaleureux et chargés, les cabinets de curiosités, avec même parfois un goût prononcé pour les ambiances un peu dark !

Hortense : Alors naturellement nos influences sont naturalistes, avec un penchant pour le bestiaire, la gravure du XIXème, mais aussi les estampes. Mais on est également très attirées par la couleur, le travail du trait, du dessin, de la ligne, ce qui nous a amené à dessiner notre dernières collections « La Femme » et « Les Femmes ».

Tapisserie "La Femme"

4. Expliquez-nous les étapes de création d'une tapisserie.

Céline : La première étape c’est trouver ou créer l’image, le support que l’on va développer. On a commencé en travaillant sur de très vieilles gravures ou des eaux fortes qu'on allait chercher dans de vieux bouquins d'illustrations de voyage par exemple. Ensuite on retravaille le trait, la couleur, on peut aller très loin dans la réinterprétation . On bosse d’abord sur papier, on finalise sur ordinateur et ensuite on cherche la teinte parfaite… On peut passer des heures et même des jours à tenter des assemblages de couleurs, à déterminer le choix du tissu...

Hortense : Et puis on a voulu des imprimés plus modernes alors j'ai tendu un crayon à Céline et je l'ai supplié de dessiner. Je connaissais son travail mais elle était un peu inquiète de se (re)lancer (Céline a toujours beaucoup peint mais avait mis tout ça de coté ces dernières années). On a décidé ensemble de ce qu'on voulait dans les grandes lignes. On ne savait pas exactement quelle direction prendre. Il y a eu pas mal de tentatives, de dessins balancés à la poubelle, des regards probablement insupportables derrière son épaule... mais quand Céline a dessiné les Femmes ça m’a scotché ! Et aujourd'hui on a envie de collaborer avec d'autres artistes mais je continuerai d'exploiter Céline !

Céline : Une fois qu’on est arrêtées, nous commençons les tests d’impression avec l’atelier. À cette étape nous ne sommes plus seules, nous travaillons avec des gens remarquables, qui réalisent pour nous les impressions. Parfois on fait plusieurs dizaines de test pour une couleur, une texture… On a choisi d’utiliser la technique du transfert à chaud, nos tapisseries sont d’abord imprimées sur papier avant d’être passées dans des calandres à très hautes températures pour que le dessin se calque sur le tissu. Ce qui donne l’impression que le dessin est comme gravé dans le tissu.

Les tissus labellisés France Terre textile sont tissés, imprimés et façonnés en France. L’armature est en hêtre, un bois issu de forêts européennes qui bénéficie du label FSC, un système de certification indépendant garantissant que les forêts exploitées sont gérées d’une façon durable et responsable. Les tringles sont entièrement colorées à la main dans nos ateliers. Là encore on refait des essais pour déterminer quelle teinte de bois va le mieux avec telle tenture, quel bois boit davantage le vernis… Les rayons des magasins de bricolage n'ont plus de secrets pour nous !

Et comme pour tout le reste les cordages sont fabriqués en lin naturel cultivé et toronné en France. Et comme nos tentures sont des éditions limitées on numérote chacune d'elles.

Une fois les tapisseries réceptionnées commence un autre travail, le montage. Nous disposons de notre propre atelier, où sont stockés des centaines de bois que nous peignons selon la tapisserie. Nous numérotons et signons chacune d’elles, avant de les monter une par une méticuleusement et ça prend beaucoup de temps !

5. Comment voyez-vous évoluer "Les Maturins" ?

Hortense : On commence seulement à se faire un nom et pour le moment on est hyper concentrées sur nos tapisseries et les collections à venir. Mais bien sur on pense déjà à la suite... On a très envie de développer d’autres produits tout en respectant l'ADN de notre marque, des produits made in France et en édition limitée.

Céline : On a des idées et on commence à travailler dessus mais ça prend du temps. Et on fait attention à ne pas s'éparpiller car quand on se pose toutes les deux on a des tonnes d'idées. Mais entre l'idée et la réalisation de cette idée il y a énormément d’étapes ! On aime travailler le tissu mais on ne s'interdit rien. On adore les luminaires, les tapis, les rideaux.... On pense aussi collaboration ! C'est toujours intéressant quand deux univers se rencontrent.

Tapisserie "Le Pont"

6. Qu'est ce qui vous a donné envie de travailler avec notre marque, Jamini ? / Quelle(s) ressemblance(s) faite-vous avec nos coussins tissés et vos tapisseries ?

Céline : Nous connaissons le travail d'Usha depuis des années, elle est une des premières à avoir introduit l'ethnique dans la décoration. Mais elle ne s'est pas contentée d'importer des tissus. En mixant sa vision avec le savoir faire d'artisans locaux, elle a su moderniser et sublimer la matière. Le respect de l'artisanat, le travail du tissu, ce sont deux valeurs que nous avons en commun, c'est pourquoi nous sommes ravies de cette collaboration, elle nous ressemble.

Hortense : Malgré le succès de sa marque Usha n’a jamais transigé sur ses valeurs et son savoir faire. C’est vrai que nos deux univers se font écho. Il y a bien sur le travail du tissu et des imprimés. On aime les matières nobles et chaudes, brutes mais hyper travaillées. Et puis il y a évidemment ce côté nomade, à la fois dans les imprimés mais aussi dans la façon de s'approprier nos pièces. Pour Jamini comme pour "Les Maturins" rien n’est figé, et chaque objet peut trouver une nouvelle vie simplement si on le change de pièce.

Céline : Tout le mois de novembre nous serons dans la boutique Jamini Design, on est ravies. On adore le mélange de nos réalisations avec les création de Usha. C’est dingue à quel point ils se répondent. Je pense qu'elle comme nous, ne sommes pas dans une mode, mais dans une démarche d'intemporalité.

Gros plan de la tapisserie "Les Dromadaires"

7. Votre tapisserie "La Palmeraie" fait référence à la nature avec des teintes terracotta. Nous avons également des créations inspirées de la nature par des motifs fleuris. Quelle(s) création(s) de Jamini vous inspire le plus par rapport à ce que vous faites ?

Céline : Si je ne devais avoir qu'un seul modèle de la collection, j'opterai pour le Quilt IRIS que j'adore. C'est une pièce nomade, elle sera parfaite sur un canapé, un lit, ou l'été à l'extérieur. La référence à la nature en fait une pièce intemporelle et réconfortante. Elle voyagera aussi bien dans un univers enfantin que sur un joli lit d'adulte. En plus c’est une pièce réversible. J'aime l'idée qu'une seule pièce puisse donner plusieurs atmosphères.

Hortense : J’ai un vrai coup de foudre pour le coussin Shiela imprimé et brodé à la main ! Je trouve qu’il a un petit côté désuet et charmant, et il n’y a que chez Jamini qu’on peut le trouver.  Et j’ai une obsession pour les tapis comme le tapis tarun vert olive et rose pâle.

Tapisserie "La Palmeraie"

16/10/2019
Instagram Facebook Twitter Pinterest