Rebecca à la main verte

Rencontre inspirante

Rebecca à la main verte

© Zoé Fidji

Cet été, votre intérieur sera sous le signe du Green Power !

Notre amie, la talentueuse Rebecca de Jardinière sauvage, sera parmi nous pour partager ses petits secrets. Avec ses mains vertes, elle transforme tout intérieur en une superbe jungle luxuriante. Venez jouer à l'apprenti jardinier avec elle le mardi 20 juin dans notre notre boutique du 10e ! Plein de belles surprises seront au rendez-vous.

En attendant le 20 juin, rencontrez Rebecca Breach, cette amoureuse de la nature, à travers son interview.

Rebecca

1. De l’Australie à la ville de l’amour ! Qu’est-ce qui vous a amené ici ?

Un travail à Paris m’a été proposé par l'OCDE. J’étais un peu effrayée de quitter ma vie à Melbourne mais je ne pouvais pas laisser passer cette opportunité. Ah Paris, Paris... Et de toute façon, c’était pour un contrat d’1 an, non ? Au final, cela fait 12 ans que je suis ici et l’amour y est pour quelque chose…

2. Rebecca à la main verte, avez-vous toujours aimé jardiner ? Comment avez-vous commencé ?

Etant enfant, je passais du temps dans la ferme de mes grands-parents, ce qui m’a donné cette passion pour la nature. Au lycée, j’avais un enseignant qui m’a beaucoup inspiré, assez peu conventionnel mais génial en tant que prof. Il enseignait l’agriculture. Du coup, j’ai commencé à apprendre et à faire pousser mon propre potager. Faire pousser mes propres aliments me tient aujourd'hui beaucoup à cœur, c’est une partie de moi. L’odeur, le goût, la joie de voir de nouvelles pousses chaque jour. Mais un peu comme dans une série télévisée, la tragédie arrive, forcément… On a peut-être des crocodiles en Australie, des requins et, je l’avoue, quelques araignées mais des taupes, ça non !

Jardiniere sauvage

Jardiniere sauvage

3. Votre vie doit être très différente de celle que vous meniez quand vous travailliez dans une organisation internationale. Est-ce que vous regrettez d’avoir changé de carrière ?

Pas du tout ! Je ne regrette rien. J’ai vécu une expérience formidable en travaillant à l’OCDE, au FMI, à la Banque Mondiale etc. Mais je veux continuer à me dépasser et à saisir cette opportunité pour suivre ce que me dicte mon coeur. Monter sa propre entreprise, c’est vraiment amusant et le changement est revigorant. A toutes les personnes qui pensent changer de carrière, lancez-vous !

4. Racontez-nous le moment le plus mémorable de votre nouvelle vie d’entrepreneur.

Il y en a tellement ! Mettez les différences culturelles et la barrière de la langue ensemble et ça devient une vraie comédie.

5. Quelle est votre plus grande source d’inspiration ?

Mon fils de 5 ans. Je me pose beaucoup de questions à son propos : qu’est-ce que je pourrais lui souhaiter ? Quels conseils je pourrais lui donner ? J’essaie ensuite de prendre ces conseils pour moi-même. Laisser tomber une carrière internationale stable pour ne rien gagner et travailler des heures ne me semble pas forcément être un bon conseil, mais je pense que c’en est un. C’est vraiment quelque chose d’avoir le courage de suivre ses rêves, d’apprendre de nouvelles choses et d’accepter les aventures et les risques. Et d’être heureux. C’est le meilleur exemple que je pense pouvoir lui donner.

Rebecca

6. L’Australie est si loin de Paris ! Qu’est-ce qui vous manque le plus ?

Ma famille et mes amis bien sûr. De l’espace, une pièce pour bouger ! Les longs étés et les courts hivers. Un esprit d’innovation où tout est possible. Les hamburgers au radis et à l’ananas, avec une bière glacée au pub du coin. Malgré tout ça, je ne peux pas m’empêcher de sourire quand j’atterris à Paris. J’adore cette ville !

7. Qu’est-ce qui vous a attiré chez Jamini ?

Les belles choses bien sûr ! Jamini était l’une des premières boutiques de design de mon quartier. C’est nouveau, frais et dynamique !

8. Pouvez-vous nous dire quel est le produit que vous préférez chez Jamini ?

J’aime beaucoup les lits indiens avec le mélange de matelas… Le rayé noir et blanc avec la magnifique literie rose. Je suis sûre que c’est fait pour les rêves les plus doux.

9. Une anecdote intéressante à partager avec nos lecteurs sur comment vous jouez et créez avec les plantes.

Je ne sais pas si c’est si intéressant, mais c’est quelque chose que je voudrais dire à tous les jardiniers en herbe – lancez-vous ! Certaines plantes ne tiendront pas mais c’est la nature, et c’est normal. Jardiner en ville n’est pas une tâche facile, même quand on a la main verte. Les rebords de fenêtres sont particulièrement difficiles. N’abandonnez pas ! Notre but chez Jardinière Sauvage, c’est d’enlever les parties les plus difficiles : arroser chaque jour (qui a le temps pour ça ?), remettre en pot, créer une structure élégante…

Rebecca

10. Quelles sont vos plantes préférées pour les espaces urbains ?

Les herbes ! J’adore leur odeur, leur toucher et leur goût. C’est si pur, si sensuel d’une certaine façon. J’adore penser à ce que je vais pouvoir cuisiner avec ces saveurs, comment je peux les marier avec les autres ingrédients, un peu comme organiser un orchestre.

Jardiniere sauvage

Crédits photos : Zoé Fidji

10/06/2017
Instagram Facebook Twitter Pinterest