Catherine Levy et sa collection de bijoux exceptionnels

Catherine Levy et sa collection de bijoux exceptionnels

Il y a quelques années, Usha, notre fondatrice, a rencontré la charmante Catherine avec ses amis, les designers indiens Payal & Rajesh Pratap. Petite, vive et portant les plus beaux bijoux du monde, Catherine nous avait surpris, ses phrases en hindi avec un bel accent français, ses épinards à l'indienne et ses voyages dans les villages indiens les plus reculés du Rajasthan.

Découvrez ici, son univers artistique et ses nombreuses influences. Elle nous parle de son amour pour l’Inde et de ses créations de bijoux.

catherine levy

Catherine quel est votre parcours, comment sont nées les aventures Tsé Tsé Associées et Dorette ?

J’ai étudié le design à l’Ecole nationale supérieure de création industrielle (l’Ensci, que l’on appelle aussi Les Ateliers). L’école venait d’ouvrir et je m’y étais précipitée car ses fondateurs y tentaient une expérience pédagogique audacieuse : pas d’horaires, pas de notes, les élèves responsabilisés au maximum, travaillant sur des projets commandés par de vraies entreprises! Hélas, après quelques mois, l’école est devenue plus conventionnelle.

Cependant, j’avais pris l’habitude de prendre des initiatives, de démarrer des projets et surtout, j’y ai rencontré Sigolène Prébois : c’est ainsi qu'à la fin de nos études, au cours desquelles nous avons très souvent travaillé ensemble, nous avons fondé notre propre société, Tsé & Tsé associées. Nous dessinions des objets comme des vases, des lampes, de la vaisselle de porcelaine et de verre, puis nous les faisions fabriquer, et nous les diffusions ensuite dans des boutiques à travers le monde. Vingt ans plus tard, j’ai eu envie de travailler à une autre échelle, plus petite, plus précieuse, et je dessine maintenant des bijoux sous le nom de Dorette.

Votre univers est foisonnant et éclectique, que ce soit pour des objets de décoration ou des bijoux : qu’est-ce qui vous inspire, quel est votre processus créatif ?

Ce qui m’inspire, dans tous les domaines, c’est ce que je trouve beau, bon, intéressant, différent, surprenant. Ce qui me motive, c’est l’envie de partager ces émerveillements, et de vivre parmi ces objets, ou de porter ces bijoux. Mais cela peut être aussi le désir de porter un vêtement (j’achète des étoffes au cours de mes voyages et je fais faire mes modèles par un ami tailleur depuis plus de trente ans!), ou de goûter tel plat (je suis vraiment très gourmande et très curieuse…).

catherine levy et l'inde

Vous vivez une grande histoire d’amour avec l’Inde depuis des années. Racontez-nous comment est née cette passion, qu’aimez-vous de l’Inde ?

Je suis allée en Inde pour la première fois en 1996 car les cubes de papier de la Guirlande Cubiste Tsé-Tsé y étaient fabriqués et nous sommes allées voir comment. Ce fut un enchantement total : de gracieuses jeunes filles coupaient et collaient les cubes de papier en papotant sous un banyan, elles se constituaient une dot et partaient se marier en laissant leur poste, très convoité, à d’autres… J’aime passionément les couleurs de l’Inde mais aussi les odeurs, les sons (même les concerts de klaxon!), le sens de l’humour des Indiens, leur vitalité, leur créativité et leur ingéniosité incroyables, leur fierté aussi.

J’ai écrit un livre sur les objets de bazar indiens (100% Indian, éditions du Seuil) et fait là-bas de nombreux projets, comme la décoration de chambres d’hôtel à Delhi. Je me sens vraiment très bien dans ce pays… Je suis tellement désolée par les proportions qu'y prend actuellement l’épidémie de Covid 19.

En parallèle de Tsé Tsé Associées vous avez récemment créé une marque de bijoux, Dorette. Racontez-nous votre attachement aux pierres, aux bijoux. Avez-vous des pierres de prédilection ?

En Inde, tout le monde porte des bijoux, même les hommes. En astrologie indienne, les pierres ont des fonctions protectrices, et les bijoux sont autant de signes indiquant non seulement le rang social, mais aussi la caste, le statut, l’origine… En ce qui me concerne, je trouve fascinant que depuis des millénaires, les humains se parent de bijoux, non seulement pour le plaisir de s’embellir et de parader, mais aussi parce qu’ils leur attribuent des pouvoirs magiques. Si j’ai une pierre de prédilection, c’est le saphir, qui me fascine par son éclat et ses infinies nuances : bleu ciel, bleu gris, bleu marine, rose orangé, rose tendre, rose lilas, blanc chaud, blanc glacé, vert céladon, jaune citron…

J’aime aussi beaucoup les diamants un peu poivre et sel dont les Indiens savent tirer le meilleur parti grâce à leur talent de tailleurs de pierres.

femme indienne portant des bijoux

Pensez-vous que notre relation aux bijoux et aux pierres, précieuses ou semi-précieuses, a changé ces dernières années, et comment ?

Certes, les modes changent, mais il me semble que le rapport que l’on a aux bijoux ne varie pas, ce sont toujours des objets chargés de signification, d’affection, voire de superstition.

Vous valorisez le travail de la main, artisanal, pour vos créations, à cheval entre votre atelier à Paris et des artisans en Inde. Que vous apporte ce travail manuel, ce travail avec la matière ? Racontez-nous l’atelier parisien dans lequel vous créez.

Je pense que le travail manuel est malheureusement très dévalorisé, et même presque éliminé dans notre société occidentale (sauf dans la frange très pointue des métiers du luxe inabordable), alors qu’il est tout à fait essentiel. Autrefois, il permettait à chacun de posséder un objet singulier, différent de celui du voisin, de se l’approprier et de nouer avec cet objet une relation particulière, très différente de celle que l’on éprouve aujourd’hui vis à vis d’un produit industriel fabriqué pour des masses anonymes à des millions d’exemplaires. L’artisan a la satisfaction de réaliser quelque chose du début à la fin, d’admirer le produit de son travail : j’ai fabriqué moi-même suffisamment de bijoux et aussi d’autres choses, pour savoir que ce plaisir est unique et très important pour l'équilibre.

D’ailleurs, l’engouement que l’on observe depuis quelque temps pour les ateliers créatifs en tous genres, la céramique, la cuisine, etc, témoigne de ce malaise, encore aggravé par la dématérialisation qu’a engendrée l’informatique : tout est devenu virtuel et c’est tellement pénible, insatisfaisant et angoissant que l’acte de pétrir son pain soi-même est devenu thérapeutique. En outre, il n’est guère raisonnable, à mon avis, de laisser se perdre les savoir-faire, car on ne saura bientôt plus comment fabriquer nombre de merveilles.

catherine levy dans son atelier de bijoux

Vous et Usha notre fondatrice vous connaissez depuis longtemps. Que vous évoque Jamini, que partagez-vous avec Usha ?

J’apprécie beaucoup chez Usha sa volonté de partager la culture indienne au travers des trésors qu’elle fait fabriquer dans son pays natal. Son univers me fait voyager, et je trouve qu’elle a parfaitement réussi, avec son intrépidité et sa sincérité, à créer des objets indiens qui sont juste dans la tendance du moment et s’intègrent parfaitement dans appartements occidentaux.

Vous êtes très prescripteur en matière de décoration et nous aimons l'esprit très mix & match de votre univers. Selon-vous quels sont "les secrets" pour réussir une décoration intérieure mix & match réussie, qui allie spontanéité et esthétisme ?

La spontanéité est certainement l’élément le plus indispensable pour créer un univers sur mesure! Il faut juste rassembler toutes les choses que l’on aime, mélanger le tout, et voilà. Il faut s’écouter et croire en soi. Je n’ai jamais cherché des idées dans un magazine de déco ni suivi les conseils d’un vendeur. J’ai toujours improvisé en fonction des objets qui me tapaient dans l'oeil, que ce soit au cours de voyages, de virées aux Puces ou même parmi le bric-à-brac de choses à jeter qui traînent parfois sur les trottoirs… Il faut que cela reste amusant et essayer de se surprendre soi-même…

catherine levy aux puces

Pour plus d’inspirations découvrez notre board Pinterest.

dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi samedi janvier février Mars avril Mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre