L'art de la teinture naturelle en Inde

linge de table imprimé à la main au tampon de bois

© Sophie Denux

L'art de la teinture naturelle en Inde

La richesse des ressources naturelles de l'Inde utilisées dans les textiles est inégalée. Sa topographie et son climat variés offrent une impressionnante gamme de fibres végétales et de colorants naturels utilisés par les cultivateurs, tisserands, teinturiers, imprimeurs et brodeurs. Chaque région a développé son propre savoir-faire à partir des ressources disponibles localement. C’est le cas par exemple, des soies dorées de l'Assam, des cotons fins du Bengale ou encore des teintures rouges du sud-est de l'Inde

Artisan

© India Flint

La collection de décoration intérieure "Bagru" de Jamini fait appel à l'art traditionnel de l'impression au bloc à la main par la communauté Chhipa, qui est passée maître dans cet art depuis des centaines d'années. Des teintures naturelles ont été utilisées pour créer cette gamme d’articles de décoration intérieure et d'accessoires artisanaux.

La collection Bagru est respectueuse de l'environnement et comprend des pièces pour la chambre à coucher, le salon et la salle à manger. Le tissu de base est traité avec de la terre à foulon (multani mitti), trempé dans du curcuma (haldi), et estampillé à la main avec des blocs de bois sublimement sculptés en utilisant des teintures naturelles dans des tons de terre.

indigo

Block print

indigo

Quilt imprimé à la main

La teinture fait partie intégrante du processus de fabrication des textiles dans le sous-continent indien.

Les teintures naturelles sont traditionnellement extraites de sources organiques et minérales, qu'il s'agisse des plantes ou de la terre, avant d’être appliquées sur des fils ou des tissus. Les méthodes de teinture varient d'une région à l'autre.

L'indigo est une teinture qui est probablement la plus ancienne couleur cultivée sur les rives de l'Indus. Le mot Indigo vient du mot grec Indikon - teinture bleue de l'Inde, mentionné dans les notes de Pline l'Ancien, un naturaliste et philosophe romain.

indigo

© Canva

La production et l'utilisation de la teinture indigo ont longtemps été associées à la région de Kutch et à la communauté des artisans textiles Khatri. L'indigo dans la région de Kutch a toujours été une source de fierté pour les personnes qui le portent. La propriété rafraîchissante de ce bleu profond est irrésistible sous le dur soleil du désert de Rann of Kutch et de nombreux Khatris pensent que l'indigo est un antiseptique naturel.

Procédé traditionnel de teinture à l'indigo :

De grands maats (urnes en terre cuite placées dans le sol) sont remplis de feuilles écrasées, de chaux et de sel, et laissés à fermenter pendant un mois. La poussière d'indigo se dépose au fond de ces maats. Les sédiments sont filtrés et broyés pour former un mélange. Le pH idéal pour la teinture à l'indigo est de 11-12, c'est pourquoi on ajoute de la chaux ou du jaggery pour équilibrer le pH si nécessaire.

Cet épais mélange est attaché dans des sacs en coton et conservé sous terre où le sable chaud aspire l'excès d'eau pendant environ deux mois, laissant derrière lui un gâteau d'indigo. Le gâteau d'indigo est ensuite pilé sur une dalle de pierre avec de l'eau et des graines d'acacia torta/feuilles de henné/jaggery/dattier jusqu'à ce qu'il devienne une bouillie uniforme de couleur vert jaunâtre. Celle-ci est stockée dans un maat souterrain pour la maintenir à bonne température.

teinture indigo

© Abhijna museum

sechage texile indigo

© Abhijna museum

En Inde, tous les bleus ne sont pas de l'indigo. Dans les États du Nord-Est de l'Assam et du Nagaland, une plante feuillue connue en anglais sous le nom d'Assam Indigo, en latin sous le nom de Strobilanthes cusea, en assamais sous le nom de rum et en naga osak, donne une gamme de bleus foncés et clairs, qui dépendent en partie du degré d'ombrage ou d'ensoleillement de l'endroit où pousse la plante.

teinture rouge

Colorants naturels

Les colorants naturels sont également utilisés pour obtenir des teintes rouges chaudes. Les teintures rouges sont aussi typiquement indiennes que l'indigo, et sont souvent associées au mariage et à la fertilité. Les chintz de renommée mondiale exportés vers l'Europe à partir du XVIIe siècle devaient leur désirabilité à leurs vifs et brillants bleus et rouges, produits par l'indigo et la racine de chay-root, une plante originaire de la côte sud-est de l'Inde (et de la pointe nord du Sri Lanka) qui donne une magnifique gamme de rouges et roses sur le coton lorsqu'elle est combinée à un mordant d'alun.

teinture rouge

© Mattricaria

Les rouges proviennent de la famille botanique des Rubiaceae, des racines du Manjistha (Rubia cordifolia ou garance indienne), de l'écorce de la racine de l'arbre Aal (Morinda citrifolia L. ou mûrier indien) et du Rubia tinctorum L. qui a ses origines en Asie occidentale et en Europe.

Des traces de textiles teints à la garance ont été trouvées sur le site de fouilles de Mohenjo-Daro, ce qui permet de situer l'utilisation de la garance comme teinture dès 1100 avant Jésus-Christ. Des documents commerciaux prouvent que Kutch exportait des tissus teints dans les années 1600 vers d'autres parties du globe.

Le plus beau des rouges indiens est peut-être produit par le lac, bien que le processus d'extraction soit assez compliqué : il provient des corps écrasés, des œufs et des larves des insectes femelles du lac qui se déposent en grandes masses sur les branches de certains arbres, surtout dans l'est de l'Inde et en Assam. Utilisé sur la soie, il donne un rouge rosé lorsqu'il est utilisé seul et un rouge brillant et plus profond lorsqu'il est utilisé avec un mordant.

Les nuances de noir :

Un grand nombre des pièces de tissu imprimées au bloc de bois et au batik que l'on trouve dans les maisons de Kutch ont généralement été réalisées avec du noir et du rouge. Le noir a moins tendance à couler et à s'estomper que les autres couleurs naturelles. D’ailleurs, la première nuance de noir a été obtenue en trempant un tissu dans de l'indigo, encore et encore.

Les Khatris peuvent fabriquer plusieurs types de noir - un noir de jais, un noir rougeâtre et un noir rougeâtre chocolaté foncé. Le noir de jais est obtenu en faisant cuire au soleil le fer rouillé en combinaison avec de l'eau et du jaggery. Le noir rougeâtre est obtenu en utilisant une mitti (boue) rougeâtre riche en fer.

block print

© Studio Bagru

Procédé :

Les déchets de fer sont brûlés pour éliminer la rouille. Ce fer brûlé est ensuite mélangé à de l'eau et à du jaggery, puis exposé à la lumière du soleil pour accélérer le processus de fermentation. Le jaggery aide à fermenter le mélange (l'ajout de quelques grammes de farine peut accélérer encore le processus de fermentation). L'eau filtrée est ensuite cuite avec la poudre de graines de tamarin pour obtenir une consistance pâteuse. Les Khatris jouent avec le ratio de l'eau pour produire une gamme de noirs terreux. Cette expérimentation avec les teintes et les recettes de teinture donne une touche unique à chaque travail d'imprimeur.

Quelques autres couleurs sont également obtenues à partir de sources naturelles et de plantes.

Le vert :

Le tissu est d'abord teint à l'indigo, puis bouilli pendant deux heures avec des écorces de grenade. Ensuite, une solution contenant du Haldi (poudre de curcuma) est pulvérisée sur le tissu. Le tissu est enfin teint dans une solution d'alun à base d'eau et la couleur passe alors du bleu au vert.

teinture verte

© Canva

Le gris :

Une combinaison de colorant noir mélangé à de la poudre de graines de tamarin est utilisée pour obtenir un gris cendré.

teinture grise

© Tissus et artisans du monde

matelas indien

Matelas indiens

Le jaune :

Le colorant jaune le plus réputé en Inde est le curcuma (également utilisé en cuisine), qui donne un jaune merveilleusement riche.

On utilise également les Anar ki Chaal (écorces de grenade), bouillies dans de l'eau, filtrées et conservées toute la nuit. L'eau est ensuite pulvérisée sur le tissu. Après séchage, de l'eau de curcuma est pulvérisée sur le tissu de la même manière. Le tissu est ensuite trempé dans de l'eau d'alun pour aider à fixer la couleur sur l’étoffe avant d'être finalement rincé à l'eau douce plusieurs fois.

curcuma

© Canva

Tote bag

Tote bag

La fixation de la couleur est le grand défi de la teinture des tissus. L'utilisation de mordants par les teinturiers indiens était la clé de leur savoir-faire, qui est resté inégalé jusqu'à l'invention des colorants chimiques au XIXe siècle. C'est la richesse et la maîtrise des teintures naturelles brillantes et durables qui caractérisent peut-être le mieux le patrimoine textile indien.

L'alun, appelé Phitkari en hindi et Phatakdi en gujarati, est un minéral présent dans le sol et utilisé comme mordant dans le processus de teinture. L'obscurité ou la clarté du minéral affecte la couleur du tissu teint. Pline l'Ancien, l'un des premiers érudits à avoir documenté les colorants naturels, l'a appelé alumen, le décrivant comme "une sorte de saumure qui exsude de la terre".

Sources :

https://worldofcrow.com/blogs/textiles-of-crow/natural-dyes 

https://www.vam.ac.uk/blog/fabric-of-india/indian-blues-and-reds-and-yellows

 http://www.vam.ac.uk/content/exhibitions/the-fabric-of-india/nature-and-making/

dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi samedi janvier février Mars avril Mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre